UN DES PLUS GRAVES PROBLÈMES DE NOTRE SOCIÉTÉ !



Aujourd'hui j'ai envie de vous parler d'un sujet qui est je pense à l'origine de beaucoup de nos souffrances puisqu'il s'agit de la solitude, enfin de le sensation d’être seul en général.


De manière général, les personnes que je reçois en consultation se sentent bien seules face à leur problème. Mais pire encore elles se sentent très souvent totalement incomprises dans leur souffrance. Et c'est précisément pour cette raison qu'elles se sentent seules. Et c'est une des sensations les plus douloureuses. Pour beaucoup elle est même très difficilement supportable. Et je pense aussi que cette sensation est à l'origine de beaucoup de nos problèmes sociétaux.


Dans cette vidéo, je vais vous partager un petit peu mon point de vue sur le sujet, et comme à chaque fois, je vais essayer de vous donner des pistes de travail, avec des choses concrètes à mettre en place. Mais pour ça, il va d'abord falloir que je commence par vous expliquer des petites choses avant.


LA SOLITUDE N'EST PAS UN PROBLÈME EN SOI


Tout d'abord ce qu'il faut savoir, c'est qu'être seul, n'est pas un problème en soit. C'est pas ça qui est douloureux. Puisqu'on peut très bien passer du temps seul avec soi-même, et se sentir super bien. C'est même parfois plus que nécessaire de se retrouver seul avec soi-même, et de ne pas être toujours agglutiné les uns sur les autres. Par exemple, les personnes introverties, ca va même être hyper important pour elles de s'isoler, pour pouvoir se ressourcer. Même si elles se sentent bien avec leur partenaire ou avec leurs amis, ça leur demande beaucoup d'énergie d’être entourée de personne, c'est pour ça qu'elles sont très vite épuisées lorsqu'il y a de la foule par exemple. Donc elles ont besoin de se retrouver seules pour recharger un peu leurs batteries.


A l'inverse les personnes plus extraverties, auront besoin elles d'être entourées pour se ressourcer. Donc en fonction de notre mode de fonctionnement déjà on va pas avoir tout à fait les mêmes besoins. Mais qu'on soit introverti ou extraverti, c'est quand même nécessaire d'avoir des moments pour soi. La solitude favorise bien souvent l'introspection. C'est ce que font d'ailleurs beaucoup de grands sages. Ils vont souvent s'isoler au fin fond d'une grotte dans une montagne pour méditer et y voir plus clair. Bon je caricature un peu mais vous avez compris l'idée. Et on pourrait certainement trouver pleins d'autres bénéfices dans le fait d'être seul.

Mais ce qui va m'intéresser dans cette vidéo, c'est dans le cas où la solitude devient une source de souffrance terrible. Quand y a un immense gouffre à l'intérieur qui ne semble pas vouloir se refermer. Vous savez c'est cette sensation d'être seul, malgré le fait qu'on soit entouré, ou qu'on ait des amis. Je suis sure que ça vous est déjà arrivé et c'est affreux à vivre, c'est une des pires sensations je crois. Ce serait un peu comme mourir de faim alors qu'on est dans un immense centre commercial et qu'il y a toute la nourriture qu'on souhaite à notre disposition. Et ce qui engendre justement cette souffrance, c'est lorsqu'on a l'impression de ne pas ou de ne plus avoir de lien avec les autres,cette sensation d'être complètement déconnectés des autres.


En fait, on pourrait dire que la solitude n'est que la conséquence de cette sensation de déconnexion.


C'est quand même fou quand on y pense. On est dans une époque où on a jamais été aussi nombreux sur cette planète, et pourtant, très nombreuses sont les personnes qui se sentent extrêmement seules. J'aurai même tendance à penser qu'on est face à une épidémie de solitude. Et je pense qu'il devient vraiment urgent qu'on commence à prendre au sérieux cette épidémie et qu'on commence à la traiter correctement. Pour comprendre la solitude, il est donc important de commencer par comprendre l'importance vital pour l'être humain de se sentir en lien avec les autres.


L'IMPORTANCE DE LA CONNEXION DANS NOS RELATIONS


La sensation de connexion, d'être en lien avec quelqu'un est quelque chose d'essentiel et de vital pour nous.C'est même parfois bien plus important que le fait de se nourrir, de boire ou même de dormir. Il suffit de voir comment on se sent après une rupture amoureuse, tous ces besoins qui sont dits fondamentaux, n'ont à ce moment là plus aucune importance.


C'est quelque chose qui a déjà d'ailleurs été étudié et même démontré. Je pense notamment aux travaux du psychiatre John Bowlby et sa théorie de l'attachement, qui expliquait que la pulsion première du nourrisson n'était pas de s'alimenter mais de rechercher le contact physique avec le corps de sa mère. Et c'est quelque chose que le psychologue Harry Harlow a voulu vérifier dans les années 60 en mettant au point une expérience avec des macaques.


Dans une première expérimentation, Harlow commence par observer le comportement de jeunes macaques entre 3 et 24 mois séparés de leur mère et complètement isolés, c'est à dire qu'ils n'ont aucun contact avec leur congénères. Il constate un état de choc émotionnel chez ces bébés macaques. Ils se mettent en retrait, ils ne montrent aucun intérêt, aucune envie. Ils ne jouent pas. Ils restent passifs et indifférents à toute motivation sociale ou sexuelle quand ils ont l’opportunité d’en recevoir même des années plus tard. Quelques-uns s’arrêtent même de boire, de s’alimenter et finissent par mourir. Il est important quand même de préciser que plus la période d'isolation avait lieu plus tardivement, moins elle avait d'effet sur leur comportement.

Il voulait savoir si les singes allaient choisir la nourriture ou la sécurité affective. En gros dans son expérience, Harlow a isolé totalement des singes nouveaux-nés. C'est à dire qu'il n'avait aucun contact avec d'autres singes. Puis ils étaient placés dans une cage où il y avait deux espèces de peluches qui ressemblaient grossièrement à des mamans singes. La première étaient constituées de fil de fer, mais elle possédait un biberon qui permettait au bébé de se nourrir, tandis que la deuxième était un peu plus sécurisante, elle était enrobée d'une fourrure mais elle n'avait par contre rien a offrir à manger. Harlow observe les comportements des bébés macaques et constate que ceux-ci se dirigent instinctivement vers la zone de chaleur plutôt que vers celle qui les nourrit. Ils préfèrent se blottir contre le doux tissu et se sentir en sécurité au risque de manquer de lait.

Donc en fait, si on résume simplement les résultats de cette étude,et qu'on l'extrapole aux relations humaines, on pourrait dire que l'amour, l'affection est un besoin vital pour pouvoir se développer correctement. Harlow est d'ailleurs considéré comme étant le premier psychologue à avoir étudié scientifiquement le rôle de l'amour et de l'affection dans notre développement.

L'aspect éthique de cette expérience a bien sur été vivement critiqué pour la souffrance psychologique qu'elle a engendré chez les singes. Et on peut comprendre pourquoi évidemment. C'est une expérience qu'on aurait jamais pu mener à l'heure d'aujourd'hui. Mais il n'empêche qu'elle n'en reste pas moins très intéressante et qu'elle aura permis d'apporter un éclairage nouveau sur le développement de l'enfant. Car il faut le rappeler qu'à l'époque, on pensait que les gestes attentionnés ne servaient pas à grand chose. on s'imaginait que les bébés humains ne souffraient pas, en gros qu'ils poussaient comme des plantes, et qu'il suffisait seulement de les alimenter... Freud par exemple estimait que l'attachement à la mère n'était qu'une pulsion secondaire, la principale était pour lui de se nourrir. Harlow a donc pu démontrer par le biais de cette expérience que c'était en réalité tout l'inverse. C'est grâce aux travaux de Harlow que l'on prendra conscience de l'attention et des soins qu'il faut accorder aux bébés humains.


On pourrait aussi évoquer les travaux du psychiatre américain René Spitz. En 1946, il a observé le développement psycho-affectif de nourrissons placé en orphelinat, qui étaient donc privés de lien d’attachement. Par contre les conditions matérielles de leur vie étaient excellentes. C'est à dire qu'ils étaient nourris correctement.


Spitz a constaté des perturbations somatiques et psychiques graves chez ces nourrissons victimes de carences affectives. Le premier mois, le tout-petit se mettait à pleurer pour faire revenir sa mère ou toute personne capable de lui apporter l’attention dont il avait besoin. Il gémissait, il commençait à perdre du poids et son développement cérébral ralentissait. Il commençait ensuite à fuir le contact, il devenait apathique et développait des troubles du sommeil et de l’alimentation.


Ces symptômes pouvaient être réversibles si une relation d’attachement était développée avec le bébé en-deçà de trois mois de carences affectives. Au-delà de cette période, les symptômes peuvent réellement entraver le bon développement de l’enfant sur le long terme. Une hospitalisation s’avère même parfois nécessaire. Bon voilà avec ces études je pense qu'on comprend très bien à quel point le fait d'être en lien est vital pour l'être humain.


D'autant plus, qu'être seul est synonyme de mort pour notre cerveau et pour notre corps. Si on remonte à l'ère préhistorique, on comprend très bien pourquoi être seul était dangereux pour nous. Le fait d'être en groupe nous offrait une sécurité non négligeable. Et si on voulait condamner à mort une personne, il suffisait de la bannir du groupe. Ses chances de survie étaient alors plus que compromises. Il ne faut pas oublier que l'être humain est avant tout un être social. Il a besoin d'être en groupe. Et j'insiste sur le mot besoin. Après bien sur, à l'heure d'aujourd'hui, il n'y a plus les mêmes dangers qu'il pouvait y avoir chez les hommes préhistoriques. Les probabilités qu'on tombe sur un mammouth sont quand même plutôt faibles. Mais cette association solitude = mort reste bien ancrée en nous et c'est pour ça que c'est souvent très douloureux pour nous de nous retrouver seuls.


LA RECHERCHE D’INTIMITÉ


Beaucoup d'entre nous sommes face à un énorme paradoxe. D'un côté on cherche à créer une certaine intimité avec les personnes qui nous entourent, de l'autre on en est complètement terrifié.


Dans notre société, il est devenu très difficile d'avoir et de maintenir des relations sincères et saines avec des personnes. Pourquoi ? Et ben tout simplement parce beaucoup d'entre nous avons fait confiance à certaines personnes dans notre vie, pour au final avoir été trahie, blessée, rejetée, ou abandonnée par ces mêmes personnes. Donc forcément après ça, on a envie de se protéger, et on devient beaucoup plus méfiant. On ne se confie plus de la même manière. Mais en faisant ça malheureusement, on s'empêche d'être nous-même, du coup on est plus vraiment authentique, et ça pousse l'autre personne à faire un peu pareil.


Mais aussi ce qui fait peur pour beaucoup dans l'intimité, c'est de se perdre soi-même dans la relation. Combien de personnes en couple, se sont totalement oubliées ? D'ailleurs elles ne savent bien souvent même pas comment elles ont pu se perdre en chemin comme ça. Du coup elles ont la sensation de perdre quelque chose quand elles essayent de créer des liens avec les autres, alors elles auront tendance à repousser ces personnes a chaque fois qu'elles vont vouloir se rapprocher. Ce qui bien sur accentue le fait qu'elles se sentent seules. Cette difficulté a créer des liens avec les autres, c'est ce qui peut déclencher et expliquer la peur que certaines personnes ont de s'engager. Comme souvent, le fait d'avoir peur de l'intimité est assez inconsciente, ce qui fait que beaucoup de personnes n'ont pas conscience qu'elles ont cette peur. Mais je ferais une vidéo sur la peur de l'engagement si ça vous intéresse.


Malheureusement, elles en tirent parfois la conclusion beaucoup trop hâtives, qu'on ne peut être dans une relation, et toujours être nous-mêmes. Alors que dans une relation qu'on pourrait dire saine, quand on a une connexion authentique avec l'autre, on peut autant avoir sa propre autonomie, être soi même, et en même temps laisser de la place à l'autre.


Et d'un autre côté, elles ont peur d'être elles-mêmes parce qu'elles pensent qu'elles vont finir par souffrir si elles montrent à l'autre qui elles sont vraiment. Elles pensent que si elles font rentrer une personne dans leur vie, elle va forcément commencer à connaître leurs faiblesses, leur vulnérabilités, et leur difficultés pour s'en servir pour les blesser par la suite. Donc forcément, la réaction instinctives qu'elles ont dans ces moments-là c'est de se refermer comme une huître. Et elles commencent à mettre un masque pour se protéger, à jouer en rôle en quelques sortes.

Et si on regarde notre vie, quand on est pas bien, tout ce qu'on veut c'est que les gens comprennent notre souffrance, que ce soit une souffrance physique ou émotionnelle. Ça nous aide à nous sentir un peu mieux. Y a qu'à voir quand on est malade par exemple. Même si on sait que l'autre parfois ne peut pas faire grand chose pour nous, sa simple présence nous rassure. Les relations les plus fortes, et les plus solides qu'on peut avoir, c'est lorsqu'on a l'impression de comprendre l'autre et surtout que l'autre nous comprend. C'est cette sensation de s'accepter l'un l'autre comme on est. On se sent intégré, et totalement à notre place. On ne cherche pas à faire semblant et on peut être nous-même en fait tout simplement. Ce qui crée des liens solides avec une personne, c'est parce qu'y a une confiance en l'autre mais surtout une certaine intimité qui s'installe. L'intimité est souvent associée au fait d'avoir des rapports sexuels, mais évidemment ce n'est pas ça. Même si les rapports sexuels contribuent à créer des liens intimes.


Mais l'intimité selon le Larousse, c'est une familiarité qui unit des personnes par l'amitié ou l'amour. En anglais c'est assez intéressant, puisque ça se traduit par intimacy. Qu'on pourrait décomposer en into me see. Donc en Francais ça veut dire, voir à l'intérieur ou au delà de moi. C'est un peu de cette manière là que je définirais l'intimité moi d'ailleurs. C'est voir à travers l'autre en quelques sortes. C'est voir au delà des mots, au delà des gestes, et des comportements d'une personne. C'est une sensation assez indescriptible. On saurait pas toujours dire consciemment ce qu'on capte, mais quand il y a un lien très fort qui nous unit avec une personne, on a l'impression de la ressentir, de la comprendre parfois même mieux qu'elle même ne se comprend. C'est très fort et c'est très très beau à vivre. C'est la sensation qu'on a quand on est amoureux par exemple.


A l'inverse quand on ne ressent pas ce lien là, c'est une des pires sensations et on va voir maintenant ça plus en détails.


LA DECONNEXION A L'ORIGINE DES PROBLÈMES SOCIÉTAUX ?


Comme je le disais plus tôt, ce qui crée cette sensation de solitude, c'est d'abord principalement le fait de se sentir déconnecté les uns des autres. Et c'est précisément cette déconnexion qui est à l'origine de beaucoup de nos problèmes sociétaux. Vous vous demandez peut-être pourquoi je dis ça ? Et ben tout simplement, parce que si on était pas déconnecté des autres, il n'y aurait pas de violence comme il y en a dans notre société actuelle. Si on était bien connecté correctement avec les autres, on ne pourrait tout simplement pas blesser une personne. Ça serait impossible, ça ne nous viendrait même pas à l'idée en fait. Parce qu'on saurait que faire du mal aux autres, ça revient à se faire du mal à soi-même. Plus précisément le problème, c'est qu'on s'est déconnecté de nous-même, de notre propre nature. On a oublié qu'on est tous pareil, on est tous reliés les uns aux autres.Mais ça inclut également toutes les autres formes de vie, comme les animaux, ou la nature. Quand on se sent déconnecté des autres, on peut blesser une personne sans en souffrir personnellement. C'est ce qui fait qu'il y a des viols, des personnes qui se font tabasser parfois sans aucunes raisons, ou qu'il y a des meurtres. C'est ce qui fait des personnes se sentent tellement seules et tellement déconnectées des autres qu'elles ne voient plus que le suicide comme solution. C'est ce qui peut engendrer bien souvent les dépressions et les addictions.


C'est précisément cette déconnexion qui engendre les guerres. Notre histoire nous l'a montré a maintes reprises. C'est ce qui crée a crée la ségrégation raciale, et qui fait que le racisme existe encore aujourd'hui. C'est ce qui a fait que des camps de concentration ont pu voir le jour à Auschwitz dans lesquels des centaines de milliers de personnes ont péri dans d'atroces souffrances. C'est ce qui fait que les américains ont pu lâcher une bombe atomique sur Hiroshima qui aura raser complètement la ville et tuer 75000 personnes sur le coup. C'est ce qui fait qu'il y a des kamikazes qui sont prêts à sacrifier leur vie afin de semer la terreur. C'est ce qui fait qu'il y a des fusillades. C'est ce qui fait que la maltraitance existe, quelle soit sur les humains, ou sur les animaux, et même la nature. C'est ce qui fait qu'on puisse abandonner des enfants ou des animaux sur le bord de la route.

C'est ce qui fait qu'on a un jour pu mener des expérimentations horrible sur des animaux ou même des humains. C'est ce qui fait que les animaux dans les abattoirs sont tués dans des conditions horribles. C'est ce qui fait que nos politiques prennent des décisions qui ne font qu'empirer la situation et qui contribuent à créer encore plus de séparation entre les citoyens. C'est ce qui fait qu'on est en train de détruire complètement notre planète, et que notre propre survie est menacée.


Je pourrais continuer comme ça pendant des heures tellement la liste est longue! Je ne pense pas que j'exagère quand je dis que la solitude et plus particulièrement la sensation de déconnexion est un grave problème... En ayant conscience de notre histoire, on pourrait croire qu'à notre époque on ne va tout de même pas reproduire les mêmes erreurs. Mais bon, clairement, c'est pas du tout le cas. Ça devient même de pire en pire. Par exemple, il n'y a pas si longtemps, les gens discutaient avec leurs voisins, ou les gens du village. Qui aujourd'hui peut dire qu'il connaît ses voisins ? Il n'y en a pas tant que ça. Moi la première. Les temps ont changé, et nos relations avec les autres se sont dégradées. Bon mais la bonne nouvelle dans tout ça, c'est que bien souvent plus les temps sont sombres et plus ça pousse les gens à enfin s'unir, et s'accepter les uns les autres. Je sais pas vous, mais je pense que ce serait bien si on pouvait éviter de se créer des guerres pour enfin être en lien avec les autres.

Alors ce serait facile de dire que tous ces meurtriers, toutes ces personnes qui commettent des crimes horribles sont juste en proie à la folie. Moi tout ce que je vois c'est des personnes qui sont dans une souffrance terrible que personne n'a réussi à voir et à écouter. Malheureusement c'est même bien souvent l'inverse qui se passe. La souffrance de ces personnes est rejetée, dénigrée par les autres, ce qui ne fait bien évidemment qu'accentuer le problème. Pour moi c'est pas surprenant qu'elles en arrivent à faire des choses horribles. C'est le seul moyen qu'elles ont trouvé d'être enfin vues et comprises en infligeant aux autres ce qu'ils leur auront fait subir et ce qu'elles ressentent envers elles-mêmes.


C'est pour ça que j'insiste autant sur le fait de s'accepter les uns les autres, d'apprendre à se pardonner et à être plus bienveillant envers les autres... parce que lorsque la souffrance d'une personne n'est pas écoutée, ça peut vraiment mal finir.


Et je pense que c'est le rôle de n'importe quel thérapeute. Montrer aux personnes qu'on les accepte comme elles sont avec leur mal-être, et qu'on les comprend. Ne pas dénigrer ce qu'elles ressentent, et surtout ne pas les juger.


LES 3 PILIERS DE LA SOLITUDE


Jusqu'à présent j'ai longuement insisté sur cette sensation de déconnexion qui était pour moi la plus importante à saisir. Mais je vais parler brièvement des travaux de Teal Swan, et plus particulièrement de son livre l'anatomie de la solitude qui pour l'instant n'a pas encore été traduit en Français.


Dans son livre, elle explique que pour elle la solitude est composée de 3 piliers. Le premier est donc la déconnexion. Le deuxième est la honte. Et le troisième la peur. On va donc maintenant se concentrer un peu plus sur les deux derniers.

Ce que l'auteur nous explique c'est que dans l'univers il y a deux mouvements. Le fait de repousser quelque chose, ou le fait de se rapprocher de quelque chose.

En gros quand on aime quelque chose on va avoir envie d'aller vers cette chose, donc on peut dire que l'amour cherche à rapprocher. Quand on aime pas quelque chose mais surtout quand on en a peur, on va vouloir la repousser. Donc la peur repousse. Quant à la honte c'est le fait de vouloir se repousser soi-même de soi. Mais bien sûr c'est pas possible de faire ça, ça reviendrait à vouloir essayer de repousser notre propre bras. Alors qu'est ce qui se passe du coup comme c'est pas possible ? Et bien c'est notre conscience qui va en quelques sortes se fragmenter. Et c'est la honte qui vient créer cette séparation interne.


D'ailleurs quand on ressent de la honte ça donne souvent cette sensation qu'on est repoussé par les autres. Ca donne la sensation de perdre l'approbation et donc l'amour de quelqu'un. Très rapidement ça nous donne alors l'impression qu'il y a quelque chose de mauvais, de casser, de non désirable à l'intérieur de nous. Malheureusement ce qui a tendance à se passer ensuite c'est qu'on en tire la conclusion très hâtive qu'on est alors quelqu'un de mauvais. Essentiellement, la honte pourrait se résumer d'ailleurs comme ça, c'est la croyance qu'on est quelqu'un de mauvais. Bon je ferai certainement une vidéo sur la honte parce que y a pleins de choses à dire sur le sujet, mais déjà on peut comprendre avec les informations que je viens de donner comment la honte contribue à la sensation d'être seul. Et concernant la peur, comme elle consiste à éloigner quelque chose de soi, forcément là aussi, c'est normal qu'on se sente seul.

Je trouve le livre de Teal Swan vraiment génial, je peux que vous le conseiller. En tout cas son analyse sur le sujet me parait vraiment très juste.

Bon alors maintenant que tout ça est dit, on va donc pouvoir maintenant passer aux solutions.


COMMENT FAIRE POUR NE PLUS SOUFFRIR DE LA SOLITUDE


Normalement à ce stade de la vidéo, vous devriez mieux comprendre le fonctionnement de la solitude, à savoir qu'elle est la conséquence de la sensation d'être déconnecté, de la honte et de la peur. Les solutions devraient maintenant vous paraître évidentes.En théorie ça paraît même assez simple. Dans l'idée il suffirait simplement de retrouver une sensation de connexion que ce soit avec soi-même et avec les autres.Mais bon c'est toujours le genre de chose plus simple à dire qu'à faire. Alors comment faire pour retrouver cette sensation de connexion. Et bien je vais vous donner quelques pistes :


#1


La première chose je dirais c'est déjà d'apprendre à créer une réelle intimité avec une personne. Encore une fois je le redis, ça n'a rien à voir avec le sexe. Dans l'idée c'est apprendre à être et se montrer vulnérable, en étant honnête envers vous et envers les autres. C'est ne plus se renfermer. Ne plus cacher ce qu'on ressent, et ce qu'on est. C'est oser se confier, s'ouvrir aux autres.



#2


La deuxième chose, c'est apprendre à vous accepter comme vous êtes. Ne pas s'accepter soi-même, ça revient à se rejeter soi-même. Et si vous voulez que les autres vous acceptent, vous devez commencer par vous accepter vous-même. Plus vous vous accepterez comme vous êtes, plus vous l'assumerez, et plus vous arriverez à être vous-mêmes avec les autres, moins vous aurez besoin de jouer un rôle, et plus vous pourrez créer des relations solides et saines avec les autres. Il n'y aura plus besoin se protéger, et de mettre un masque pour se cacher. Et donc la sensation de solitude va pouvoir se dissiper progressivement.



#3


Troisièmement, c'est aussi apprendre à écouter l'autre attentivement. Se mettre dans sa peau. Et s'intéresser sincèrement à l'autre. C'est la base, si vous voulez qu'on s'intéresse à vous commencez par vous intéresser à l'autre. Si vous ne l'avez pas déjà lu, je vous conseille fortement le livre de Dale Carnegie comment se faire des amis. C'est à mon avis, un des meilleurs livres de développement personnel, dans lequel il explique des choses vraiment bêtes, mais en même temps elles sont tellement puissantes.


#4


Ensuite quatrièmement, et toujours dans la continuité de s'accepter comme on est, ce que je constate, c'est que les personnes qui se sentent seules se sont tout simplement entourées de personnes qui ne leur correspondent pas, mais elles essayent quand même malgré tout de s'intégrer. Et malheureusement pour faire ça, elles ont tendance à cacher qui elles sont vraiment, à ne pas dire ce qu'elles aiment vraiment par peur du rejet. En faisant ça, elles se coupent de qui elles sont, et ça le corps ne va pas apprécier et il va créer une sensation de mal-être pour les pousser à s'affirmer. Je trouve ça tellement bien fait.


Parfois nos relations évoluent, on pouvait être sur la même longueur d'onde avec certaines personnes fut un temps et puis à un moment donné, les choses changent et on s'aperçoit qu'on ne se sent plus très bien avec ces personnes-là, même si ça fait des années qu'on les connaît. Et c'est pas simple parfois à accepter. On aimerait que les choses redeviennent comme avant, mais ce n'est pas toujours possible. Ça ne veut pas dire non plus qu'il faudrait virer de notre vie ces personnes là, on peut très bien toujours être ami avec elles. Mais probablement que vous allez commencer à vous voir moins souvent, à faire moins de choses ensemble, mais ça n'empêchera pas de vous revoir de temps en temps et de continuer de vous apprécier. Plus vous essayez d'être quelqu'un que vous n'êtes pas pour vous intégrer à un groupe, pour faire comme les autres, et plus vous allez vous sentir en décalage avec eux.


Donc je vous conseille dans un premier temps d'analyser un peu comment vous vous sentez avec les personnes de votre entourage, ça peut même être des personnes de votre famille. Et si vous vous sentez pas bien quand vous êtes avec eux, et bien je pense qu'il serait peut-être temps de mettre un peu de distance avec eux et de vous entourer un peu plus de personnes qui vous ressemblent, même si je sais que c'est pas toujours simple.



#5


Et enfin pour terminer,le cinquième et dernier point, qui va aller un peu en contradiction avec ce que je viens de dire au point précédent puisque l'idée ce serait aussi d'arrêter de mettre de la distance avec les autres en arrêtant de se concentrer sur les différences mais au contraire en cherchant les ressemblances que vous pouvez avoir avec les autres. Chercher les ressemblances avec les autres, ce serait par exemple s'apercevoir que cette personne qu'on aime pas, elle a aussi des difficultés comme nous. Qu'elle a ses propres souffrances et qu'elle fait probablement du mieux qu'elle peut pour essayer de les gérer. Et que elle aussi n'est pas parfaite. Mais on peut aussi le faire avec la nature et les animaux. A force de chercher les ressemblances, on finit par les trouver, et ça permet naturellement de créer du lien et de sentir en lien avec les autres. Si on prend le temps de faire cet exercice on comprendrait qu'on est tous pareil finalement. Peu importe la couleur de notre peau, peu importe nos goûts, peu importe nos croyances religieuses, peu importe qu'on soit croyant ou non d'ailleurs.


Et de la même manière, on est pas si différent des animaux non plus. Par exemple, eux aussi ont des sentiments. Eux aussi ont besoin de nourriture pour survivre. Eux aussi habitent sur la même planète que nous. Ce serait bien d'ailleurs si on commençait enfin à apprendre à cohabiter, après toutes ces années. Mais vous aurez compris l'idée. Donc pour créer du lien avec les autres, chercher les ressemblances me paraît être une étape essentielle.

Donc voilà un peu quelques pistes de travail. Alors malheureusement, y a pas vraiment de recettes miracles pour faire toutes les choses que j'ai citées, il suffit simplement de les faire. Que ce soit oser être vulnérable, assumer qui vous êtes, vous intéresser sincèrement aux autres, vous entourer de personnes qui vous ressemblent, ou chercher les ressemblances... il suffit d'oser le faire. Mais bien sûr je sais que c'est plus simple à dire qu'à faire. Mais je vous assure que même si la sensation est hyper désagréable au début, on en meurt pas, bien au contraire. Et je suis persuadée que ça va même vous permettre d'évoluer comme jamais.


CONCLUSION


Voilà c'est le moment pour moi de conclure cette vidéo. Même si créer de la séparation est une des stratégies préférées de nos politiques, il devient urgent qu'on se souvienne qu'on est tous reliés les uns aux autres, et plus largement encore à la nature. Que ça nous plaise ou non. Cette deconnexion les uns des autres cause beaucoup trop de problèmes,et on ne peut plus continuer comme ça si on souhaite faire un peu évoluer les choses dans notre société. J'espère en tout cas que cette vidéo vous aidera à mieux comprendre la solitude, et à mettre en place des solutions pour ne plus en souffrir. Et j'espère surtout qu'elle vous donnera envie d'être plus bienveillant les uns envers les autres, et envers vous-mêmes.


Comme à chaque fois, si cette vidéo vous a plu n'hésitez pas à la liker, à la commenter, à la partager autour de vous si vous pensez qu'elle peut aider d'autres personnes et à vous abonner à la chaine si ça n'est pas déjà fait pour ne pas louper les prochaines vidéos et je vous dis à très vite.



Mon livre "voyage au centre de la peur" pour apprendre à ne plus avoir peur d'avoir peur, disponible sur Amazon


Pour une demande de rendez-vous pour une consultation (onglet contact) ou pour toute demande de spectacle (onglet spectacle ), vous pouvez me contacter au 07.83.01.29.38 ou par mail hypnoterravie@gmail.com

#melinda #orset #hypnoterravie #hypnose #hypnotherapeute #hypnotherapie #saintetienne #loire #seance #rdv #consultation #solitude #lien #connexion #seul #seule #probleme #changer #changement #société #tealswan #developpementpersonnel #spiritualité #psychologie #clinique #sociale #cognitive #besoin #fondamentaux #freud #spitz #harlow #bowlby #attachement #theorie #singe #experience #experimentation #amour #attention #bébé #nourrisson #comment #pourquoi #comprendre #apprendre #guerre #violence #souffrance #colere #maltraitance #ecologie

Lieu

14 rue Sainte-Catherine

42000 SAINT-ETIENNE

Téléphone

07.83.01.29.38

 

  • facebook

Facebook

Mélinda Orset
 

© 2018 Mélinda Orset - Mentions légales