LES PHOBIES, CA S'APPREND


Il existe des phobies qui sont parfois un peu curieuses. Comme la carpophobie qui est la peur des fruits, ou l'alopophobie qui est la peur de se dégarnir ou la peur des chauves. Du coup on en arrive à se demander comment ces personnes ont pu se créer ce genre de phobie. Parce que oui il faut déjà savoir que les phobies, ça s'apprend.


Et pour répondre à cette question je vais vous parler d'une expérience, à l'éthique très douteuse et vous allez vite comprendre pourquoi.



L’EXPÉRIENCE DU PETIT ALBERT



Elle a été réalisée par John B Watson en 1920 et elle est plus connue sous le nom de l'expérience du petit Albert. Watson voulait prouver qu'on pouvait conditionner, c'est à dire apprendre, à un bébé à avoir peur d'un rat alors qu'il n'en avait pas du tout peur avant. Pour ça, il a repris la théorie du conditionnement simple de Pavlov.


Vous savez, c'est l'expérience qui a été réalisée sur des chiens dans laquelle on associait le bruit d'une cloche a de la nourriture. Ce qui fait que le chien se mettait très rapidement à saliver dès qu'il entendait le bruit des cloches. Watson s'est dit qu'il allait faire une expérience similaire mais avec la peur et sur un enfant. Pour ça il s'est servi du petit Albert comme cobaye, qui avait seulement 9 mois, avec l'accord de la maman bien entendu.


Son expérience était alors très simple. A chaque fois que le petit Albert voulait toucher le rat, comme le ferait n'importe quel bébé, Watson donnait un grand coup de marteau sur une barre métallique juste derrière le bébé. Evidemment le bruit déclenchait des pleurs chez le bébé. Et dès qu'Albert se calmait et voulait retoucher le rat, Watson assénait de nouveau un coup de marteau. Et il répéta le processus plusieurs fois.


Et le résultat de cette expérience c'est qu'il suffisait simplement de montrer le rat par la suite au bébé pour que le bébé manifeste des signes de peur comme des tremblements, des pleurs ou des tentatives de fuite. Pire encore, il avait développé d'autres phobies dans la foulée. Il avait maintenant une phobie de tout ce qui était couvert de fourrure. C'est à dire quasiment tous les animaux, mais aussi une veste en peau de phoque, et le masque d'un père noël qui avait une barbe bien fournie. Alors qu'il n'avait pas peur de ces objets avant son conditionnement, il hurlait maintenant aussi fort que s'il voyait un rat.


Mais le plus embêtant encore, c'est que la mère a décidé de retirer l'enfant avant la fin de l'expérience. Watson n'a donc pas pu inverser le conditionnement et le petit Albert est reparti avec toutes ces phobies. C'est cadeau.


Donc pour résumer, lorsqu'on associe un stimulus neutre (ici le rat), à un stimulus angoissant (le bruit du marteau), on peut développer une phobie. Et par la suite, la phobie va se généraliser à l'ensemble des stimuli qui ressemble au stimulus d'origine. C'est donc pour cette raison qu'Albert à non seulement peur des rats mais aussi de tout ce qui présente les mêmes caractéristiques que le rat, comme la fourrure. On appelle ce phénomène la généralisation.


Bien qu'elle soit controversée, à juste titre, cette étude n'en reste pas moins intéressante et très éclairante sur la manière dont peut se créer une phobie.



COMMENT UNE PHOBIE SE CRÉÉE ALORS ?



Ceci dit, il est important de préciser que ce n'est pas toujours de cette façon là que se crée une phobie. S'il est vrai qu'on retrouve parfois dans le passé de certaines personnes phobiques des événements traumatiques qui seraient à l'origine de leur phobie, comme par exemple un accident de la route qui déboucherait sur une phobie de la conduite, ou la morsure d'un chien qui donnerait lieu à une phobie des chiens.


Toutefois, dans de nombreux cas, il n'y a pas eu d’événements traumatiques. J'ai reçu beaucoup de personnes phobiques qui étaient incapables pourquoi, comment, ou à quel moment précis leur phobie s'était formée.


Les phobies peuvent aussi s'apprendre au travers des propres peurs des parents. Même si ils essayent de faire gaffe, un enfant arrive à capter qu'un de ses parents ne se sent vraiment pas bien dans certaines situations. L'enfant va alors reproduire le comportement par effet miroir.


Quant à Freud, il nous dirait que les phobies sont dûes à un conflit inconscient, à des problèmes de sexualité refoulée, ou à des traumatismes pendant l'enfance.


Giorgio Nardone, qui est un thérapeute que j'adore, pense qu'une phobie se créée lorsque la personne essaye de mettre en place des stratégies qui au lieu de résoudre le problème viennent l'empirer. J'en parle dans mon article et ma vidéo sur les stratégies pour lutter contre la peur si jamais vous voulez en savoir plus.


Mais de manière générale ce qu'il faut retenir c'est qu'on n'arrive pas à la naissance phobique mais on le devient.




Mon livre "voyage au centre de la peur" pour apprendre à ne plus avoir peur d'avoir peur, disponible sur Amazon


Pour une demande de rendez-vous pour une consultation (onglet contact) ou pour toute demande de spectacle (onglet spectacle ), vous pouvez me contacter au 07.83.01.29.38 ou par mail hypnoterravie@gmail.com



#phobie #apprentissage #apprend #apprendre #innée #acquis #experience #psychologie #conditionnement #peur #albert #petitalbert #pavlov #animaux #phobique #watson #johnbwatson #cognitive #cerveau #traumatisme #traumatique #perenoel #rat #fourrure #nardone #freud #depasser #surmonter #stratégies #lutter #hypnotherapie #hypnotherapeute #hypnose #inconscient #experimentation #saliver #salivation


Lieu

14 rue Sainte-Catherine

42000 SAINT-ETIENNE

Téléphone

07.83.01.29.38

 

  • facebook

Facebook

Mélinda Orset
 

© 2018 Mélinda Orset - Mentions légales